La petite phrase qui pique et que, désormais, je ne souhaite plus entendre aussi souvent. 

Pourquoi me direz vous?

Bah oui un élève qui cause ça paraît sympa, ça montre une certaine volonté de participer à ce monde qui l'entoure et pas uniquement en "snappant" à foison toute la journée. Un élève qui nous parle , normalement, c'est quand même vachement plus sympa que de voir cette tribu d'autochtones vagabonder : regard morne ou en biais c'est au choix selon les gens qu'ils croisent, casque vissé sur les oreilles avec le dernier album de JUL en fond et à fond (QUI CA??? oui bon passons...malheureusement nous ne sommes pas tous égaux devant les goûts musicaux). Bref un élève qui parle ça montre quand même une certaine envie de socialisation de la bête.

SAUF QUE...ça peut aussi être nettement moins sympa.

Pendant très longtemps j'ai été cette prof naïve qui écoutait, qui parlait, qui conseillait, prenant de mon temps perso pour tenter de consoler un chagrin insurmontable causé par un "Mdame ça va trop pas chez mes parents, j'ai le droit de rien faire alors que toutes mes copines elles peuvent". (Comment on appelle cette notion ma grande déjà? Ah oui  L' E.D.U.C.A.T.I.O.N.)  

Hum hum hum si seulement c'était toujours aussi simple  

Maintenant quand j'entend cette phrase , qui a quelque peu changé de connotation , j'agis en trois étapes : 

  • ETAPE 1: je jauge la bête , j'examine minutieusement la tête de l'élève pour voir s'il ya  des traces de larmes ou de mascara  (ce qui dénoterait une certaine "gravité" sauf si l'élève en question est une madeleine reconnue...) . Je lui demande s'il s'agit d'un sujet grave ou qu'il n'ya pas de problème et si elle veut me parler de personnel (AU SECOURS !!! FUIS PENDANT QU' IL EN EST ENCORE TEMPS!!!) ou de professionnel. 
  • ETAPE 2 : j'évalue le moment, la situation et la stratégie à adopter. C'est le début de l'heure et personne n'est installé? Parfait, je lui propose à la fin de l'heure et avec un peu de chance soit elle aura oublié, soit ça ne sera plus aussi grave qu'au début, quand je l'ai vue arriver avec sa frimousse de panda.
  • ETAPE 3 : Je cause...parce qu'à priori elle en a quand même assez besoin la pitchounette. Mais par contre désormais je fixe mes règles parce que c'est qui le prof nan mais ho ! j'ai bien compris avec le temps et les mauvaises expériences que je ne peux pas me contenter de garder certaines paroles que l'on me confie. Malheureusement certain(e)s élèves pensent qu'ils peuvent tout nous confier avec une certaine immunité, et croyez moi ils n'hésitent pas , mais je le précise désormais à chaque fois , je ne peux pas tout garder uniquement pour moi selon la gravité de la confession. D'une part parce que garder un secret pour moi signifie le trimballer avec moi lonnnnngtemps et ne pas savoir quoi en faire , mais surtout parce que si je veux aider de façon efficace la galopine qui m'a raconté sa vie je dois agir . Mais par contre avant qu'un flot de paroles ne s'échappe de sa bouche je la préviens que selon ce qu'elle va me dire je serais peut-être obligée de partager son secret avec quelqu'un de plus compétent que moi. (une CPE?, une infirmière?, un sorcier vaudou???)

Ca m'évitera désormais d'avoir à gérer de nouveau une situation plus qu'embarrassante où j'ai du rester stoïque face à un papa qui me demandait ce qu'avait sa fille (dont il n'avait pas la garde)  , car en ce moment il y avait quelque chose qui n'allait pas.... Euh comment vous dire votre fille est enceinte de 5 mois mais elle m'a demandé de ne pas vous en parler pour l'instant...

Et ma conscience on en parle???